Suis ta passion !

0
815

Yannick Alléno naît à Puteaux dans une famille de bistrotiers. Dès son plus jeune âge, il se passionne pour la cuisine. Il explique qu’à l’époque où il faisait ses devoirs avec sa mère : « Je n’étais pas dans ses jupons mais dans ses casseroles ». Il est élevé entre Rueil-Malmaison et Suresnes, dans des bistrots que ses parents dirigeaient. Entre septembre 1984 et juin 1986, il suit une formation en BEP cuisine au lycée Santos-Dumont de Saint-Cloud. Il termine premier de sa promotion, puis devient apprenti en pâtisserie en 1986 à l’hôtel Luteti.

Il poursuit sa formation à l’hôtel Royal Monceau (1987, commis), à l’hôtel Sofitel de Sèvres (1990, Demi-Chef puis chef de partie), à l’hôtel Le Meurice (1992, chef de partie), au restaurant Drouant (1994, chef adjoint), avant de devenir en 1999 chef de cuisine à l’hôtel Scribe.

En 2003, il prend la tête du restaurant de l’hôtel Le Meurice du 228 rue de Rivoli dans le 1er arrondissement de Paris à la tête d’une brigade de 74 personnes.

En 2004, le Guide Michelin lui attribue sa 2e étoile.

En 2007, à tout juste 40 ans, Yannick Alléno entre dans le cercle très prestigieux des meilleurs chefs de cuisine du monde avec trois étoiles au Guide Michelin (le premier à avoir trois étoiles en France en même temps après Eugénie Brazier et Marc Veyrat. Alléno a mené le restaurant gastronomique du Meurice au faîte de la renommée, une consécration qui couronne son parcours de chef de l’année 2008.

En 2008, il fonde son groupe de restauration : le Groupe Yannick Alléno, qui a vocation à diffuser des concepts et des produits signés en France et sur le plan international dans le domaine de la restauration de luxe. Cette année-là, sous contrat avec LVMH, il prend les rênes de la restauration du palace Cheval Blanc à Courchevel, doublement étoilé au Guide Michelin en 2010 et triplement étoilé en 2017. Il s’installe ensuite au Royal Mansour à Marrakech, fin 2010 à Dubaï dans le prestigieux One&Only The Palm et dans le très réputé Shangri-La à Pékin avec l’ouverture d’un STAY by Yannick Alléno. En novembre 2011, il s’installe dans la Taipei 101 de Taipei, Taïwan avec un restaurant baptisé STAY et un salon de thé baptisé Sweet Tea.

En janvier 2011, il fonde un magazine de cuisine, YAM (Yannick Alléno Magazine, le magazine des chefs), aux éditions Laymon[9].

Le 10 mars 2012, il ouvre le Terroir Parisien, son premier bistrot dans le 5e arrondissement de Paris[10]: hommage au terroir d’Île-de-France où il a grandi, au fil des bistrots qu’ont tenus ses parents dans les différentes villes de banlieues parisiennes, Yannick Alléno crée pour la première fois un lieu simple, véritable concrétisation d’un long travail de référencement des agriculteurs, des produits et des recettes d’Île-de-France, avec une carte accessible. En novembre 2013, il ouvre son second Terroir Parisien au Palais Brongniart dans le 2e arrondissement de Paris.

En décembre 2012, Yannick Alléno quitte le Meurice après dix ans aux commandes des cuisines du Palace ; il se consacre alors à divers projets de réflexion et de recherche culinaires, entre autres sur les sauces.

Le 1er juillet 2014, Yannick Alléno prend les commandes des cuisines du Pavillon Ledoyen au carré des Champs-Élysées dans le 8e arrondissement de Paris, où il obtient trois étoiles au Guide Michelin en 2015 et est élu cuisinier de l’année 2015 par Gault&Millau. Alain Ducasse lui succède.

En mars 2015, il ouvre STAY Paris à l’hôtel Sofitel Le Faubourg, son concept de restaurant urbain inspiré du voyage.

Fin 2015, il fait partie des quatre grands chefs cuisiniers à officier pour les chefs d’État du monde entier qui participent à la COP21 à Paris.Il est nommé cuisinier de l’année par le Gault & Millau et par le Andrews Harpers, en 2015.

Il décroche, en février 2017, trois étoiles au Guide Michelin pour son restaurant “Le 1947″ situé à Courchevel. En 2017, Yannick Alléno est également le seul chef français à cumuler sur le territoire national (à considérer ou non que Monaco soit une région française…) deux fois trois étoiles au Guide Michelin.

En 2019, Nicolas de Villiers, directeur du Grand Parc du Puy du Fou en Vendée, fait appel à lui pour mettre en oeuvre « l’art de prolonger dans nos assiettes le voyage dans le temps ». Yannick Alléno déclare alors « Nous voulons montrer aux gens ce que la richesse culinaire française détient. Je suis ravi de ce challenge ! >>.

Dans un entretien il déclara :”A 20 ans, je travaillais déjà depuis cinq ans. Pour moi, la réussite c’était le travail… Aujourd’hui, cela a changé. A mes yeux, le succès est d’avoir atteint un certain degré de maturité dans mon art. J’ai appris à m’émanciper des standards de la Nouvelle cuisine qu’on m’avait enseignés et à m’exprimer différemment. Désormais, je me sens libre et c’est fantastique. Quand vous pouvez proposer une expérience culinaire incroyable à votre client, rien ne vaut le retour immédiat que nous en obtenons. Lorsque quelqu’un s’exclame que ce que vous venez de faire est formidable, ça vous fait votre journée. Même s’il y a beaucoup de travail derrière.”

Alors vous considérez votre passion comme une simple passion ou bien vous lui dediez vous assez de considération ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Entrez votre nom s'il vous plaît